Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Stéphane Arguillère

Études, réflexions et souvenirs sur les religions tibétaines

LA CONTEMPLATION DANS LE DZOGCHEN SELON LONGCHEN RABJAM  – UN EXTRAIT DU CHP. II DU LUNG GI GTER MDZOD, AUTO-COMMENTAIRE DU CHOS DBYING RIN PO CHE’I MDZOD

LA CONTEMPLATION (BSAM GTAN) DANS LE RDZOGS CHEN

SELON KLONG CHEN RAB ’BYAMS (1308-1364)

(EXTRAIT DU CHP. II DU LUNG GI GTER MDZOD,
AUTO-COMMENTAIRE DU CHOS DBYING RIN PO CHE’I MDZOD)

 

Ye nas rig pa rdo rje snying po’i rdzong bcas par bstan pa ni |

Lhun grub phyogs med kun khyab gdal ba’i rdzong | | stong ’og bar med ye klong yangs pa’i rdzong | | phyogs med kun shong skye med chos sku’i rdzong | | mi ’gyur lhun grub Rin chen gsang ba’i rdzong | | snang srid ’khor-’das ye rdzong phyam gcig rdzogs |

Thams cad rig pa rnam dag Rang byung ye shes su ye nas gnas pas | gzhan du gyur ba’i chos rdul tsam yang med de | ’khrul pa gzhan dang bde sdug gi rang bzhin kun nas nyon mongs pa dang | las dang rnam par smin pa’i dgra las ’das te | bdud dang gol sa’i yul med pas |

 

Expliquons donc comment, depuis l’origine, l’Intelligence est pourvue de son palais de l’essence adamantine :

C’est la forteresse de l’étendue, spontanément parfaite, non orientée et spontanément infuse,
Vaste forteresse de la sphère originelle sans haut ni bas, ni partie médiane,

Forteresse du Corps de Réalité non orienté, qui tout enclôt, non né,
Secrète forteresse de l’inaltérable joyau spontanément établi,
Originelle forteresse du monde phénoménal, du cycle et de son dépassement, parfaite dans sa seule unité.

Puisque depuis l’origine toutes [choses] consistent en la connaissance principielle (qui en soi se produit pour soi) de l’Intelligence intégralement pure, il n’en est absolument aucune qui soit autre. Et puisque [de la sorte] on est hors [d’atteinte] d’ennemis tels qu’un égarement étranger [à cette essence (’khrul pa gzhan ?)] ou l’intégrale-obnubilation [qui comporte par] nature plaisir et souffrance, ou encore les actes et leur complètre maturation, il n’est [pour nous et en soi] ni démon ni lieu de perdition (gol sa).

chos thams cad ye nas sangs rgyas pa’i tshul mnyam pa chen po rdo rje dbyings su rdzong bcas pa ni | rTsal rdzogs las | yangs pa chen po’i byang chub sems | | mi ’gyur bsam dang brjod med pas | | rdzong du rdo rje mkhar brtsigs te | | cis kyang mi shigs skyon dang bral | Zhes pa dang |

Du point de vue de l’Eveil originaire de toutes choses, la grande unité [est] accompagnée, en tant qu’Elément adamantin, de sa forteresse.

Selon [le Tantra du lion à] la dextérité consommée :

L’esprit d’Eveil à la grande étendue
Est inaltérable, inconcevable (bsam… med) et ineffable.
En tant que [sa] forteresse est donc édifié un château fort
Que rien ne détruira et qui est dénué de [tout] défaut. »

rang rig rdo rje kun tu ’bar | | mtshan med rdo rje rang snang ’bar | | ’bar ba ’jigs bral rdo rje stong pa che | | phra rags dri med rdo rje rab tu ’bar | | stong pa kun khyab rdo rje cos pan che | | mtha’ yas rdo rje ma bskur rang bzhin rdzogs |

| zhes pa dang |

Et [le même texte dit] encore [que] :

Le sceptre adamantin de notre propre Intelligence est tout à fait éclatant ;
Le sceptre adamantin sans déterminités est éclatant dans son auto manifestation ;
Éclatant, le sceptre adamantin indestructible (’jig bral) est la grand vide ;
Très éclatant est le sceptre adamantin sans souillures ni subtiles ni grossières ;
Le sceptre adamantin du vide universellement infus est le grand diadème ;
L’infini sceptre adamantin ne fut pas conféré, [car] il est naturellement parfait. »

Kun byed las | rgyu nyid rdo rje rkyen dang ’dra | | ma skyes pas na ’jig pa med | | gdod nas snying po byang chub la | | btsal ba’i bsam pas dbyings mi bskyod | | ces so |

 

Et selon le [Tantra du roi] créateur de toutes choses :

Cette cause ressemble aux conditions adamantines ;
Comme elle ne naît point, elle n’est pas détruite.
Depuis le commencement, en l’essence qui est Eveil,
l’Elément n’a pas été produit par une pensée le recherchant.

De lta bu’i rig pa nyid rgyal po phun sum tshogs pa’i yul khams dang chos mthun par sbyar ba las | chos nyid dbyings kyi sa gzhi la Rang byung snying po’i pho brang bkod pa ni |

Phyogs med kun khyab gdal ba’i sa gzhi la | | ’khor-’das ris med byang chub sems kyi mkhar | | chos nyid klong yangs rtse mo lhun mtho zhing | | ma byas rang bzhin phyogs bzhi yangs pa’i skyil | | rim rtsol bral ba’i ’jug mgo shin tu yangs |

Assimilons une telle Intelligence à un roi avec son royaume ; [p. 66] c’est sur la fondation (gzhi) de l’Elément de la Réalité que fut disposé le palais de l’essence (snying po) qui en soi se produit pour soi :

Sur le sol fondateur dont l’étendue non orientée est universellement infuse,
[Il y a] le château-fort de l’esprit d’Eveil où le cycle et son dépassement sont sans opposition,
<p.11> vaste sphère de la Réalité, dont le pinacle est spontanément élevé.
C’est centre à la nature non factice, au-delà des quatre orients,
[Dont] la porte grandement béante [est] l’accès dénué de progressivité et d’application.

dByings rang bzhin gyis dag pa’i ngo bo la grub bsal dang bcos bslad med cing thams cad brten pa’i phyir sa gzhi dang chos mthun la | ’khor ba dang mya ngan las ’das pa gang du’ang rgya chad phyogs lhung med pas Rang byung mu mtha’ dang bral ba’i pho brang dang mtshungs | chos nyid dang dkyil yangs la tshad dang ngos gzung med pas lhun mtho ba tsam du brjod cing | ye nas bya rtsol dang rtag chad la sogs pa mu bzhi las ’das pa ni phyogs bzhi yangs pa’i ngos dang cha sbyar ba de’i rang bzhin du | blo yang rabs rnams ’jug pa’i sgo ni rim rtsol rgyu ’bras las ’das pa’i sgo ’phar ye nas rang btsugs pa ni chos nyid byang chub sems kyi pho brang zhes bya’o |

Parce que la quiddité naturellement pure de l’Elément, où il n’y a ni positions ni suppressions (grub bsal) ni amendements artificiels, fonde tout, elle correspond analogiquement à un sol fondateur (sa gzhi). Et comme elle ne présente ni rupture d’immanence (rgya chad) ni penchant orienté [inclinant] vers le Cycle ou son Dépassement, elle ressemble à un palais par soi produit, dénué de limites. Puisque le vaste milieu de la Réalité est sans mesure ni définition, on dit juste qu’il est « spontanément élevé ». Cette nature est depuis l’origine par delà les quatre extrêmes tels que l’agir et l’application ou la perpétuité et l’anéantissement : ceci est assimilé au caractère vaste dans les quatre orients. La porte par où y accèdent ceux dont l’entendement est suréminent, c’est le béant portail de l’au-delà de l’application progressive et de la causalité, par où ils ont depuis l’origine [déjà] intrinsèquement pénétré le palais de l’esprit d’Eveil, la Réalité.

De dag gi rang bzhin ni Klong drug pa las | | ye shes ma bcos rnam dag pa | | kha dog ma bcos ma ’dres gsal | | gnyis med ma bcos tsong pa’i ngang | | Rang byung ma bcos rig pa’i klong | | zhes pa dang |

 

En ce qui concerne la nature de ces [choses], selon [le Tantra de] la sextuple sphère :

La connaissance principielle non amendée est intégralement pure ;
Les couleurs non amendées sont claires sans mélange ;
La non dualité non amendée est une condition vide ;
Ce qui en soi se produit pour soi, non amendé, c’est la sphère de l’Intelligence.

Kun byed las | sgo ni btsal du med pa’i sgo nas ’jug | | ces so |

 

Et selon le [Tantra du roi] créateur de toutes choses :

Pour ce qui est de la porte, on y accède par le portail qu’il n’y a pas lieu de chercher.

| pho brang de yi rgyan dang bkod pa ni | Phyogs med kun khyab gdal ba’i sa gzhi la |  | ’khor ’das ris med byang chub sems kyi mkhar | | chos nyid klong yangs rtse mo lhun mtho zhing | | ma byas rang bzhin phyogs bzhi yangs pa’i skyil | | rim rtsol bral ba’i ’jug mgo shin tu yangs | | rang gnas bsam gtan btsun mo dam pa dang | | dgongs pa rang shar sras dang bran g.yog bcas | | bde chen klong dkyil rang gsal rtog pa med |

 

 

Quels sont les ornements et la disposition de ce palais ?

Dans [ce lieu] orné d’un déploiement de richesses spontanément établies
Siège sur son trône le roi Connaissance Principielle, qui en soi se produit pour soi,
Et toutes les visions qui se compliquent et s’expliquent, expressions de Connaissance Principielle,
Sont les ministres qui régissent le pays [ou le champ objectif (yul)].
[Il y a aussi] la noble reine Contemplation Inhérente,
Et le prince Idée-Qui-Par-Soi-Vient-Au-Jour (dgongs pa rang shar), ainsi que les vassaux et serviteurs.
Le centre de la sphère du grand délice est en soi clair pour soi, dénué de fictions.

De la Rang byung lhun grub kyi rig pa ni pho brang gi bkod pa ste | sku dang ye shes ’du ’bral med cing chos thams cad rDzogs pa ste | Yi ge med pa las | nga la phyi dang nang med pas | | gsal ba’i chos ni yongs su rdzogs | | nga la stong dang dngos med pas | | snang ba’i chos ni yongs su rdzogs | | zhes so |

Il s’agit de l’Intelligence qui en soi se produit pour soi, spontanément établie : [c’est elle qui se] dispose [sous la forme de ce] palais. Les Corps et les connaissance principielles en sont, en effet, indissociables ; [p. 67] toutes choses [y] sont donc parfaites.

Selon le [Tantra] sans-texte :

Comme en moi il n’est ni extérieur ni intérieur,
Tout ce qui relève de la clarté (gsal ba’i chos) [y] est intégralement parfait.
Comme il n’est en moi ni substantialité ni vacuité,

Tout ce qui relève de la manifestation  y est intégralement parfait.

 

De ltar lhun gyis grub pa’i snying po’i ngo bo ni Rang byung ye shes te rgyal po khri las mi g.yo ba lta bu’o | | de’i ngo bo rang gnas rang bzhin gyi bsam gtan ni rig pa dang ’bral ma myong bas btsun mo mta bu’o | | de’i don rtogs nas dgongs pa’i drod rang chas su grub pa ni sras dang bran g.yogs lta bu’o |

Quelle est la quiddité (ngo bo) de l’essence (snying po) spontanément établie ? C’est la connaissance principielle qui en soi se produit pour soi, pareille à un roi sur son trône qui ne vacille point. Cette quiddité [comporte en elle-même] une contemplation naturelle [qui lui est] inhérente : comme elle ne s’est jamais séparée de l’Intelligence, elle est comme [son] épouse. Et quand on en a compris le sens, l’ardeur de son Idée (dgongs pa’i drod) est par le fait même établie : il en va comme des fils et des serviteurs [attachés à la personne du monarque].

Rig pa’i ngang nas rang rtsal yul thog tu ’phro ba’i shes pa ni blon po yul ’khor la dbang bsgyur nas ’dod pa bsgrub pa lta bu’o |

Les consciences qui se déploient à partir de la condition d’Intelligence vers leurs domaines objectifs sont pareilles aux ministres qui régissent le pays alentour (yul ’khor) et procurent [au souverain ce qu’il] désire.

’Di’i khyad par ma phyed na smyon pa rdol thabs su smra ba dang khyad med pa’i phyir | Rang byung gi ye shes dus thams cad pa na rang gnas lhun grub kyi ngo bo yul la mi ltos pa dang | rig byed rtsal gyi ye shes yul thog tu ’char ba yul la ltos pa can te | glod ma shes na rkyen rtog ru rang ka ma gnyis khyad par shin tu che bas na | nang rang byung la ngos zin nas rtsal gzhi thog tu grol bar ’gyur te | ka dag chos zad kyi ngang du la bzla la | ma zin na Rang byung gi cha de lung ma btsan las | rtsal rtog pa yul la ’jug pa’i phyir | dgongs pa bar mtshams med pa rang bzhin gyi bsam gtan dang bcas pa rang ngo shes pa gces so |

Si l’on ne distinguait pas la différence [du « roi » et de ses « ministres », un tel discours] ne serait rien d’autre que les paroles qui échappent à un insensé. En effet, il y a une différence abyssale entre, d’une part, la connaissance principielle, qui en soi se produit pour soi, qui de tout temps demeure au-dedans [de chacun, et dont] la quiddité spontanément parfaite n’est tributaire de [nul] domaine-objectif, et, d’autre part, la connaissance principielle qui est l’expression [ou] l’œuvre de l’Intelligence et qui, surgissant vers son domaine-objectif, est dépendante de celui-ci. Faute de certitude profonde, cette dernière est purement et simplement [un amas de] fictions [occasionnées par] les circonstances. Si on a identifié celle qui à l’intérieur se produit en soi et pour soi, elle se libère spontanément comme fond de l’expressivité, et l’on passe le cap [de la certitude] (la bzla ba) relative à la condition de l’épuisement [des apparences] dans la Réalité primordialement pure. Mais si on ne l’a pas identifiée, puisque cet aspect qui en soi se produit pour soi n’est pas tiré au clair, les idées fictives [qui en sont] l’expression s’engagent dans [leur] domaine-objectif [propre]. De ce fait, il faut avoir à cœur de reconnaître l’Idée [qui surgit] sans discontinuer et la contemplation dont elle est naturellement pourvue.

’Di’i ngo bo dang khyad par ni Kun byed las | Kye sems dpa’ chen po nyon cig |  | ye shes ye shes zhes bya ba | | ye shes ye nas shes pas ni | | rang byung ye shes ye nas shes | | yul la rtog pa’i ye shes de | | yul las byung ba’i rang byung min | Yul med tsam na gsal mi byed | | des na rang byung ye shes des | | ye nas shes pa’i ye shes te | | ye shes zhes ni de la bya |  | ’khor gyi ston pa’i ye shes ni | | yul la brtags pa’i ye shes des | | gang su yul la rtog byed pa | | de ni rig byed ye shes yin | rig par bya ba’i yul de ni | | byang chub sems las byung ba’i phyir | | de ni yul med byang chub sems | | ye shes rang las byung ba’i phyir | | de la ting ’dzin sgom mi byed | | ting ’dzin sgom pa mi byed pas | | ting ’dzin bag chags sogs mi ’gyur | | bag chags med pa’i chos nyid de | | dus gsum sangs rgyas thams cad kyi | | dgongs pa yul la mi rtog ste | | mnyam pa nyid du ye nas gnas |  | zhes so |

Expliquons en quoi [la connaissance principielle qui en soi se produit pour soi] diffère en quiddité de [l’illumination qu’elle occasionne dans les objets circonstanciels]. Selon le [Tantra du roi] créateur de toutes choses :

O grand héros, écoute !
Si la connaissance principielle s’appelle connaissance principielle,
C’est que la connaissance principielle depuis l’origine est sapience.
La connaissance principielle qui en soi se produit pour soi est science depuis l’origine ;
[Mais] cette [autre] connaissance principielle [prétendue,] qui réfléchit l’objet,
Est issue de [cet] objet et n’est point autogène.
[En effet], faute d’objet, elle n’éclairerait [rien].
C’est donc parce que la connaissance principielle qui en soi se produit pour soi
Est une connaissance principielle dont originaire est la science
Qu’on lui applique le terme de « connaissance principielle ».
Quant à la connaissance principielle [seconde,] révélatrice de l’entourage,
Cette connaissance principielle qui se livre à l’examen du domaine – objectif,
Qui fait à chacun imaginer (rtog) son domaine-objectif,
C’est la connaissance principielle qui fait être conscient [de l’objet].
[p. 68] Quant à l’objet de cette conscience,
Puisqu’il est issu de l’esprit d’Eveil,
Il n’a point d’objectité [ou : il ne s’objecte pas ; il est] l’esprit d’Eveil,
[Sous la modalité de] la connaissance principielle qui à partir de soi se produit [pour soi].
C’est pourquoi on ne [doit] pas cultiver (sgom byed) le recueillement.
Sans cultiver le recueillement,
On n’accumulera (sog mi ’gyur) d’imprégnations de recueillement ;
Or je dis que la Réalité exempte d’imprégnations
Est l’Idée (dgongs pa) des Eveillés des trois temps.
L’Idée de tous les Eveillés des trois temps
N’est point fiction objectivante (yul la mi rtog),
Mais consiste originairement en l’unité

Rang byung gi ye shes yul la rtog pa mi rtog pa de la rang gnas kyi bsam gtan ma byas lhun grub yod pa nyid rnal ’byor pa’i bsam gtan yin la | yul rtse gcig tu yid la byed pa’i zhi lhag ’jig rten byis pa’i bsam gtan yin pas | bag chags sog mi sog gi khyad yod do | 

La connaissance principielle sans fiction objectivante [est] la contemplation inhérente non factice, qui est spontanément établie dans l’être ; c’est elle qui est la contemplation des adeptes (rnal–’byor pa), tandis que la contemplation des mondains puérils, ce sont [les pratiques] de la quiétude (zhi [gnas]) et de l’éminente [inspection] (lhag [mthong]), où l’entendement se focalise uniment sur [quelque] objet. Elles diffèrent par l’accumulation ou la non accumulation des imprégnations.

Rig pa rang gnas kyi ngo bo ni byang chub kyi sems yin la | chos nyid kyi dgongs pa zhes bya’o | | yul la ’char ba’i shes pa ni ’khor ba’i sems zhes –bas | ’dzin pa dang gzung ba’i rnam ldan du skye ba’o | | de yang ngos zin nas ngang la glod shes dus Rang byung gi rtsal gzhi la thim pas | dgongs pa chos nyid du ’char ba’o |

Quelle est la quiddité (ngo-bo) inhérente de l’Intelligence ? C’est l’esprit d’Eveil, que l’on nomme l’Idée de la Réalité. Mais la conscience (shes pa) qui jaillit vers [son] domaine-objectif est appelée esprit cyclique (’khor ba'i sems) ; elle se produit sous une forme pourvue des aspects « préhensile » [sujet] et « préhensible » [objet]. Lorsqu’on l’a également reconnue [pour ce qu’elle est], et que l’on a acquis la certitude de [son inclusion] dans la condition [de l’Intelligence], elle se résorbe dans le fond d’expressivité qui en soi se produit pour soi. C’est ainsi que l’Idée advient (’char) en tant que Réalité.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article